Olette - Evol

Pyrénées-orientales

Bienvenue sur le site officiel d'Olette-Evol.
























Le patrimoine


La Tour de guet


Située sur les hauteurs de la RD 4 qui mène à Evol, c'est vraisemblablement une Tour de guet du XIVème siècle.


Le château de la Bastide (XIVème siècle)


Château de la BastideLa Bastide est un château lié au vicomte d’Evol. C’est en effet Jean de So, vicomte d’Evol, qui décida de renforcer ses terres en protégeant leur accès par l’est, c’est à dire la vallée de la Têt. Mis à part son château de So, dans le pays de Sault (Aude), le vicomte avait sa résidence principale à Evol et possédait les terres du Capcir (de Caramat, tout au Nord, à Matemale, sauf Puyvalador et Formiguères, villes royales) plus Estavar et quelques droits et revenus en Haut-Conflent.La construction du château remonte à 1340, mais sa première mention date de 1345 seulement. Il est intéressant de savoir que ce sont les rois de Majorque qui ont élevé Evol au rang de vicomté en 1334. Le second château était aussi un besoin de marquer sa toute nouvelle puissance sur la région. Il était conçu pour être le centre militaire des fortifications du Haut-Conflent et devait accueillir la famille de So elle-même. Mais ceux-ci préférèrent s’installer à la cour du roi plutôt que de vivre dans un château au confort modeste.Concrètement il fut bâti selon le modèle du château initial d’Evol : un quadrilatère flanqué de tours rondes, dont deux subsistent encore aujourd’hui. L’originalité par rapport au modèle résidait dans l’absence de donjon.Ce château joua également un rôle social. Comme partout ailleurs, la population se regroupa dans ses murs et format un embryon de village qui n’a pas survécu à l’abandon de la forteresse.


L’église paroissiale Saint André


Mentionnée en 1070, elle était alors dédiée à la Vierge et devint par la suite le siège d’une communauté de chanoines augustins. Après la sécularisation de ces chanoines (1592), la communauté villageoise fit l’acquisition de l’église qu’elle reconstruisit entièrement. Depuis cette époque, elle est dédiée à Saint-André, patron de l’ancienne paroisse d’Evol. Le clocher-tour néo-roman date de la première moitié du XIXème siècle. La fenêtre géminée qui surmonte la porte d’entrée doit venir de l’un des deux châteaux voisins (Evol ou la Bastide). A l’intérieur de l’église, on notera un beau Christ du XVIème siècle, dans une chapelle occupant l’abside de l’ancienne église romane. Si le retable du maître- autel (XIXème siècle) n’offre qu’un intérêt limité, on s’intéressera à celui des saints Côme et Damien (1621), attribué par Durliat à Barthélémy Gonsalez. Autre pièce intéressante : une toile représentant côte à côte les saints Sébastien et Antoine de Padoue (vers 1622) ; Sébastien y serait la copie d’après gravure d’une œuvre de Hans von Aachen. A signaler enfin le retable du Rosaire (XVIIème siècle).

[accueil] [1] 2  [>]1-3 sur 6